Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 19:16
Le trône de Fer, l'intégrale 1.

George R.R. Martin, américain.
  1996- 785 pages - Ed. J'ai Lu.

Catégorie - Fantasy.

Synopsis.
Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière Nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeur des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s'en sortiront indemnes...
l'avis.


Discussion dans un bar avec un ami de la promo, j'entends le nom du livre, ça fait "tilt" dans mon esprit, et voilà que quelques jours après je me fais prêter le livre. J'en avais entendu parlé depuis un bout de temps, que ce soit par les addicts des livres ou des séries, et à la vue du thème de cette saga j'étais assez tentée de me lancer dans l'aventure. Chose faite. Je dois dire que je ne regrette pas du tout.

 

Comme je m'y attendais l'ambiance du livre ne m'a absuloment pas déplu. Du sombre, de la fantaisy, des relations alambiquées. Et une histoire qui semble extrêmement bien ficelée aussi bien que compliquée tellement elle foisonne de rebondissements. Pour le coup niveau histoire, il vaut mieux avoir de la mémoire et être bien accroché parce qu'au fur et à mesure des pages on se rend compte ce dans quoi on vient de mettre les pieds. 

Le livre est un pavé, il ne faut pas se mentir. Cela dit l'écriture de l'auteur permet de mettre entre parenthèses ce léger détail. Il faut dire que l'on est bien servi niveau scènes d'actions, intrigues, personnages. Mais aussi et cela vaut le coup de le dire je trouve : les descriptions. Généralement, je suis vite lassée par l'écriture en ce qui concerne les lieux. Cette fois-ci c'est comme qui dirait passé comme une lettre à la poste, ce qui rend ainsi la lecture d'autant plus agréable, car il est plus facile de se rendre compte des décors dans lesquels les personnages évoluent. 

 

Justement les personnages. Je crois que toutes les personnalités sont représentées, tellement ils sont nombreux. Autant dire que si vous n'avez pas la mémoire des prénoms cela risque d'être compliqué de s'y retrouver. Surtout si en plus comme moi, vous commencez à lire ce livre et à faire une pause pour cause d'emploi du temps trop chargé. Cependant, une fois passée outre cette barrière et les familiarités lancées avec ces personnages cela devient tout de suite plus prenant. J'aime toutes ces alliances cachées ou clairement déclarée entre les grandes familles dirigeantes, ces guerres qui durent depuis des décénies si bien que s'en est une tradition. 

Bien sûr parmi les personnages j'ai mes petits préférés. Le cynique et pervers Tyrion Lannister m'a directement plus. Dès que l'histoire était raconté de son point de vue je passais réellement un très bon moment. De plus, je pense bien que son statut par rapport à sa famille pourrait faire de lui un personnage pour le moins surprenant, en tout cas je l'espère bien parce qu'il me plait beaucoup ce nain. Ensuite, j'ai eu un coup de coeur pour la personnalité et le personnage de Daenerys. Le descendante du dragon, l'héritière oubliée du trône de fer, et je m'arreterais pour ne pas trop en divulger concernant son parcours. C'est un personnage dont la force de caractère me touche énormément. Evidemment, je n'ai pas pu passer à côté du Batard, John Snow. Ce personnage donne l'impression d'être en marge de l'histoire, pourtant il n'en demeure pas moins intéressant. Là encore je me demande quelles sont les surprises qu'il nous reserve le petit Snow. Pour continuer sur les rejetons Stark, j'ai assez rapidement accroché à Arya. Rien que son prénom m'a plu, ensuite sont côté débrouillard et son "Aiguille" a fait le reste. 

Pour ce qui est des méchants, on est servi aussi. Et si Tyrion peut avoir tendance à en faire partie, je dois dire que son frère et sa soeur, les jumeaux Cerseï et Jaime Lannister se posent là. Machiavéliques, sans coeur, ambitieux et même incestueux. J'ai été séduite (après je vais avoir du mal à dire que je suis saine d'esprit moi). Cela dit vu l'ambiance malsaine du livre, cela n'est absolument pas choquant, parce que des scènes où le sexe est suggéré sont légions.  

Je garde les meilleurs personnages pour la fin. Les loups adoptés en début de livre. Ces loups qui sont associés à chacun des enfants Stark. J'aime beaucoup l'idée. Il n'y a plus qu'à voir jusqu'où ira leur rôle dans l'histoire de leur maître.

 

En conclusion. Une histoire comme je les aime. Bien compliquée, bien ficelée, bien écrite. Une histoire qui donne un goût de de reviens-y. Promis j'y reviendrais.

 

entre les pages.
« Le reine se leva. "Et de ma propre fureur Lord Stark, demanda-t-elle d'un ton plus doux, pas un mot ? Que ne vous êtes jadis emparé de la couronne? Elle était à prendre... Jaime m'a conté, comment l'ayant trouvé juché sur le Trône de Fer, le jour de la prise de Port-Réal, vous l'aviez contraint d'en descendre. Il vous suffisait de gravir les marches et de vous assoir. Quelle erreur navrante.
- Vous ne sauriez vous figurer combien d'erreurs j'ai pu commettre, répliqua-t-il, mais je récuse celle-ci.  
- Et pourtant, c'était une erreur, messire, insista Cersei. Lorsqu'on s'amuse au jeu des trônes, il faut vaincre ou périr, il n'y a pas de moyen terme. »
« L'hiver vient. »
« Je suis le sang du dragon. »
Repost 0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 13:55

Comme toujours je ne suis pas très régulière sur ce blog, et pourtant je continue de lire. Avec les vacances j'ai pu me mettre un peu plus à ma passion. Ce qui fait que j'ai pas mal d'avis lecture en attente et en préparation. J'espère bien pouvoir boucler tout cela très prochainement, tout en concillant ma petite vie avec le blog. Parce que mine de rien, j'y tiens.

 

Alors je viens de terminer sur la semaine dernière, 4 ans dans l'enfer des fous de Jean-Maurice Cervetto. Le Grimoire malféque de Béatrice Bottet. Damnés de Lauren Kate.



 

Dans la semaine j'ai acquis Un jeu interdit, de L. J. Smith. Et je viens de commencer Vertige de Lauren Kate, la suite de la saga Damnés (la fameuse saga Fallen pour les anglophiles).


 

Et pour mon retour, je viens de créer la page facebook du blog. En espérant vous y retrouver :)

Repost 0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 13:38

A l'occasion de ses 300 likes sur facebook Arcaalea lance un concours sur son blog Ephemère qui m'a tenté puisque je suis d'humeur joueuse durant cette période de vacances. Histoire d'en faire profiter un maximum de personne, j'en parle un peu ici, si peu que vous soyez intéressés par le prix à gagner. Après tout, ça vaut toujours le coup de tenter sa chance dans la joie et la bonne humeur !

 

Arcaalea se propose d'offrir l'exemplaire d'Irrésistible alchimie, de Simone Elkeles pour celui qui sera tiré au sort. Je vous renvois donc sur son blog pour en savoir plus.

 

Concours des 300 likes

 

http://3.bp.blogspot.com/-iMnRdgx04c8/UCJdupUq-CI/AAAAAAAAIBI/6IW-BQiI-rU/s640/Sans+titre+3.bmp

 

Et pour ceux qui veulent en savoir plus sur le livre voici le résumé :

 

 

"Brittany est l’image même de la jeune fille parfaite. Belle, blonde et intelligente, elle vient d’une famille aisée et sort avec le capitaine de l’équipe de football. Elle sait bien maîtriser ses émotions, mais elle cache une douloureuse fêlure : elle s’oppose à ses parents qui veulent placer dans une institution, sa soeur aînée, gravement handicapée.Alex Fuentes est d’origine mexicaine, il est bien sûr séduisant en diable, mais c’est le bad boy du lycée. Il fait partie d’un gang impliqué dans des trafics de drogues, comme son père, qui en est mort.
En dernière année au lycée Fairfield, Brittany et Alex sont obligés de travailler en binôme leur cours de chimie. Alors que tout les oppose, leur attirance est immédiate. Et leur amour sera contrarié par des événements brutaux qui ne cesseront de s’amonceler sur eux. Membre d’une bande armée qui sème la terreur, Alex est malgré lui rattrapé par les exigences du chef du gang. Et Brittany, malgré ses efforts passionnés pour le sortir de là, ne parviendra pas à le protéger.

"

Repost 0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 18:32
Fin de partie.

  Samuel Beckett, franco-anglais.
  1957- 110 pages - Ed. Minuit.

Catégorie - Théâtre.

Synopsis.
Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d'immobilité, cette notion d'enfouissement. Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous les mouvements qu'il peut faire c'est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestiques, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu'on voit de temps en temps apparaître et qui ont un très charmant dialogue d'amour. [...]
Roger Blin.
l'avis.


 

Ce livre là je l'ai eu entre les mains par le plus grand des hasard. Après avoir passé une après-midi avec un de mes amis j'ai fini par lui dire que je m'étais fait prêter un tas de livres pour mes trois semaines de vacances et qu'avec ça je ne comptais pas m'ennuyer. Voilà que je repars avec trois livres en plus à lire. Dont cette pièce de théâtre. Avec comme commentaire : ton côté tordu appréciera.

 

Et ce n'est pas faux, j'ai assez aimé ma lecture. Le fait que ce soit du théâtre y aidant beaucoup, j'étais bien contente de me replonger dans ce genre que j'ai délaissé depuis bien longtemps ! Ce n'est certes pas le type d'écriture qui me plait tant au théâtre, ni même la narration, parce que là pas d'action, ni grandes envolées. De la simplicité, et beaucoup, beaucoup de bizarrerie. Durant tout le long de la pièce, on a l'impression que quelque chose va finalement arriver, parce que les personnages ne cessent de le répéter à tout va. Cependant, l'immobilisme est bien présent dans la pièce. D'une certaine manière, heureusement qu'elle est très courte, dans le cas contraire je ne sais pas si j'aurais achévé la lecture. Avec la curiosité et le goût du théâtre probablement que si.

 

Au niveau des personnages il y a quelques surprises. Déjà il ne sont que quatre, ce qui n'est pas commun, enfin moi je n'ai pas croisé beaucoup de pièces avec si peu d'intervenants. Ils ont tous leurs lots d'étrangeté. Entre celui qui est aveugle dans un fauteuil roulant, celui qui est infirme et le couple de parents vivant dans leur poubelle respectives mais l'une à côte de l'autre je vous prie, il y a de quoi se poser des questions. Bien souvent dans la pièce, d'ailleurs on se demande quel est le but, pourquoi telle phrase, autant dire que la réponse n'est pas présente, j'en cherche encore certaine.

 

Pour ce qui est des relations entre les personnages, j'aime assez celle entre les personnages principaux qui sont Hamm et Clov. Relation de dépendance l'un envers l'autre, de soumis et maître, de l'amour-haine en quelque sorte. Leurs remarques acerbes m'ont bien fait sourire par moments.

 

Je n'ai finalement pas grand chose à dire sur cette lecture qui me semble bien sortir tout droit de l'absurde. Néanmoins, je puis affirmer qu'elle ne m'a pas déplu pour autant. Rapide. Sympathique. SImple.

 

entre les pages.
« Hamm - Moi je me sens un peu drôle (Un temps) Clov.
Clov - Oui.
Hamm - Tu n'en as pas assez ?
Clov - Si ! (Un temps) De quoi ?
Hamm - De ce... de cette... chose.
Clov - Mais depuis toujours. (Un temps) Toi non ?
Hamm (morne)- Alors il n'y a pas de raison que ça change.
Clov - Ca peut finir (Un temps.) Toute la vie les mêmes questions, les mêmes réponses.
Hamm - Prépare-moi. (Clov ne bouge pas.) Va chercher le drap. (Clov ne bouge pas.) Clov.
Clov - Oui.
Hamm - Je ne te donnarais plus rien à manger.
Clov - Alors nous mourrons.
Hamm - Je te donnerai juste assez pour t'empêcher de mourir. Tu auras tout le temps faim.
Clov - Alors nous ne mourrons pas. (Un temps.) Je vais chercher le drap.
Il va vers la porte.
Hamm - Pas la peine. (Clov s'arrête) Je te donnerais un biscuit par jour. (Un temps.) Un biscuit et demi. (Un temps.) Pourquoi restes-tu avec moi ?
Clov - Pourquoi me gardes-tu ?
Hamm - Il n'y a personne d'autre.
Clov - Il n'y a pas d'autre place. »


Repost 0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 14:38

De longs, très longs mois d'absence, bien que rien d'anormal chez moi. J'ai très souvent des pauses qui s'invitent dans le décor, même si je dois avouer que celle-là a pas duré dans le temps. Mais je vais essayer de reprendre tout ça en main, forte de mes 3 semaines de vacances qui semblent être suffisantes pour me motiver à faire pas mal de choses. On verra bien ce que cela donne. On va espérer que l'ordi ne me lâche pas au passage, parce que c'est bien ce qu'il a fait durant ma période d'absence, obligation de tout reformater. Perte de données. Perte d'envies aussi.

 

Pour ce qui est de la reprise en main du blog, j'ai bien quelques petites idées, cela va se faire au fur et à mesure, on verra bien qui voudra me suivre dans l'aventure. Et au pire si je suis seule dans ma galère c'est tout aussi bien, je fais ça pour moi et pour le plaisir !

 

Fae.

Repost 0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 20:00
Amours & autres enchantements

Sarah A. Allen, Américaine.
2009 - 342 pages - Ed. France Loisirs.

Catégorie - Contemporaine.

Synopsis.
Bienvenue à Bascom où l'étrange famille Waverly alimente depuis des générations les légendes les plus fantasques. Il y a Claire qui, entre les plats aux vertus magiques qu'elle cuisine et la carapace qu'elle s'est forgée pour ne plus souffrir, pensait avoir tout ce dont elle avait besoin. Il y a Evanelle qui offre les objets les plus insolites mais dont l'utilisation se révèle forcément bénéfique à un moment donné. Et puis il y a Sydney qui revient après des années d'absence avec une fille de 6 ans et un secret qu'elle est déterminée à préserver... A cela ne manquait plus qu'un charmant voisin décidé à courtiser Claire la solitaire pour que la vie de tout ce petit monde s'emballe joyeusement !
l'avis.


Passage par le marché un samedi d'été, la couverture du livre, son titre et le résumé en quatrième m'ont convaincu à l'emporter avec moi. Un bon choix !

 

Il s'agit d'une histoire fraîche et qui au final porte à sourire de part son happy ending. Par contre, j'avoue volontier que certaines tournures de phrases employées par l'auteur m'ont fait froncer les sourcils. Problème de traduction j'ose espérer, ou bien alors heure tardive à chaque fois que cela m'arrivait. Soit. Pour le reste je garderais de cette lecture un excellent souvenir. J'ai apprécié les personnages, autant que les touches de magie, ainsi que l'histoire, légère certes mais amusante à suivre.

 

Niveau personnage j'ai eu un énorme coup de coeur pour l'héroïne. Et oui Claire m'a parlé bien plus que je n'aurais pu l'imaginer à un tel point que je me suis reconnue dans certains de ses traits de caractères, voire tous en fait. Une étrange impression je dois dire, surtout que j'ai aimé suivre l'évolution de ses pensées même lorsque celles-ci pouvaient paraître totalement innapropriés (ce qui chez un personnage aussi routinier, et enfermé que celui-là n'est pas peu dire). Autre personnage qui m'a touché, Evanelle. J'ai adoré le côté comique de la vieille femme. Le fait que son don magique se résume à donner des objets qui auront forcément un rôle à jouer, je trouve l'idée séduisante. Au même titre que celle d'avoir personnifié le pommier, ce qui doit faire de lui mon deuxième personnage préféré à égalité avec Evannelle. Et puis pour la troisième place du podium : Tyler. Sûr de lui, fier les bords, il a tout pour paraître un brin agaçant dans la vraie vie, mais c'est sa relation avec Claire qui m'a conquise. Le fait qu'il fasse d'elle un défi.

 

Un joli petite histoire d'amour, mais aussi de famille, avec un méchant dont le compte est réglé de manière assez surprenante (même si on finit par s'en douter). D'ailleurs ça me fait penser que j'adore la relation entre le pommier et Bay, mais aussi le pommier et la maman de Sydney et Claire. Infos en vrac, mais infos tout de même.

Et pour le côté magique de l'hsitoire ? Une juste dose. Des recettes pour provoquer l'amour, le désir, la colère et j'en passe, des pommes révélatrices d'avenir, des émotions responsables de chutes d'objets. Un joyeux mélange d'évènements "anormaux" avec lequel la famille de Claire doit composer dans le village, car bien entendu tout le monde est au courant de ce don. J'ai apprécié ce fait, tout comme celui que d'autres familles soient en quelque sorte enfermées dans un moule. Comme par exemple la famille où les femmes sont des as des plaisirs charnels, ou celle encore où les jeunes hommes épousent des femmes forcément plus vieilles que eux. Amusant.

Le livre en lui même n'a rien de très particulier. Juste un bonne lecture qui a su me divertir correctement. Une bonne petite lecture estivale :) 

 

entre les pages.
« A venir ce week-end quand je rentre chez moi ! »

Achetez le livre sur

http://g-ecx.images-amazon.com/images/G/08/gno/images/general/navAmazonLogoFooter._V169459217_.gif

Amours & autres enchantements

Repost 0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 18:09

 

(reprise du post de mon ancien blog)

Livraddict qui, d'après ce que j'en sais avait lancé un grand challenge pour l'année 2010, renouvelle l'expérience cette année, mais avec des nouveautés, notamment les baby-challenges, et ça, ça me plaît. Disons que c'est bien plus dans mes cordes. J'aime bien me lancer des défis, mais je ne me sur-estime pas non plus =p

Les baby-challenges s'inscrivent dans différents thèmes (jeunesse, bit-lit, classique, SF, etc...). Dans chacun des baby challenges se trouvent une liste de 20 livres à lire avant la fin de l'année 2011. Mais ce n'est pas tout ! Des médailles, à la fin, seront distribuées en fonction du nombre de livres lus :

Médaille d'or : 20/20
Médaille d'argent : 16/20
Médaille de bronze : 12/20
Médaille de chocolat : 8/20

Alors voilà, je pense que j'ai tout dit. Evidemment, je vous invite fortement à vous rendre sur Livraddict pour participer, et puis si vous ne connaissez pas le forum/site/blog, allez-y les yeux fermés ^_^

Mes participations


03/20

1 - Cyrano de Bergerac de Edmond Rostand
2 - Macbeth de William Shakespeare
3 - Roméo et Juliette de William Shakespeare
4 - Hamlet de William Shakespeare
5 - Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare
6 - Le misanthrope de Molière
7 - La Cantatrice chauve , suivi de La Leçon de Eugène Ionesco
8 - La Machine infernale de Jean Cocteau
9 - Rhinocéros de Eugène Ionesco
10 - Le Cid de Pierre Corneille
11 - On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset
12 - Lorenzaccio de Alfred de Musset
13 - Antigone de Jean Anouilh
14 - L'école des femmes de Molière
15 - Les fourberies de Scapin de Molière
16 - Le Mariage de Figaro de Beaumarchais
17 - L'Avare de Molière
18 - Knock ou le Triomphe de la médecine de Jules Romains
19 - Le Tartuffe de Molière
20 - Andromaque de Jean Racine

 

Légende; dans ma PAL - déjà lu.

Repost 0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 17:58

Ayant fait le tour de certains blogs, j'ai trouvé des challenges pour le moins intéressant, l'étant d'autant plus qu'il n'y a pas de limite de temps, ce qui me va parfaitement, au moins je gère plus facilement, parce que je me connais !

J'ai donc décidé de me lancer dans un petit tour du monden un petit challenge lancé par Livresque, ou comment s'ouvrir à d'autres horizons sans bouger d'un pouce. Les règles ou plutôt la règle est très simple :

- lire des oeuvres, une cinquantaine, littéraires d'auteurs d'autres horizons (on entend par là autre que français, anglais et américain.)






Liste des pays "visités"


-Brésil-
La sorcière de Portobello de Paulo Coelo. [Chronique *]

 

 

 

 


Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 23:10
Quand les Dieux buvaient tome 1 : Blanche-Neige et les lances-missiles.

Catherine Dufour, française.
2009 - 606 pages - Ed. Le Livre de Poche.

Catégorie - Fantasy.

Synopsis.
Tous les contes commencent par « il était une fois » et finissent pas « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Oui mais… et après ?
Et si le règne de Blanche Neige avait été une horrible dictature ? Et si le miroir magique était devenu gâteux ? Et si Peau d’Âne était tombée amoureuse du prince de Cendrillon ?
Une poignée de fées du bois de Boulogne, une bande de spectres, le père Nöel et sa fille, l’Ankou et faux, le Petit Chaperon rouge et l’affreux démon Bille Guette suffiront-ils à sauver le monde du chaos ?
l'avis.

Ce livre, c’est une amie qui l’a fait découvrir. Alors qu’elle lisait le second tome de la saga, elle a tenu à me faire partager les étrangetés de sa lecture, et j’ai tout de suite accroché. Le burlesque peut-être. En effet comme le prédit la quatrième de couverture, il ne faut pas s’attendre à lire un conte bien lisse, bien propre et surtout il ne faut pas s’attendre à retrouver exactement ce l’on connaît déjà. Dans ce livre, nous avons le droit à une visite en bonne et due forme de nos contes. Les princesses, les fées, les dragons, enfin les gragons, même les sept nains, rien n’est pareil. A croire que tout ce que l’on nous raconte depuis que nous sommes petits n’est que sottises. Ou bien alors on ne veut pas nous effrayer devant tant de perversité ?

Comme le dit l’auteure dans ses notes à la fin du livre, et croyez moi ce sont des explications qui valent vraiment la peine d’être lues, c’est un ouvrage qui se scinde en deux parties, autrefois deux livres différents. La première partie, les grands alcooliques divins, est selon moi la meilleure. Elle se lit tellement vite, un peu trop peut-être. Dès les premières lignes le ton est donné, impossible de ne pas esquisser un sourire, voire rire, avant d’avoir tourner la première page. On découvre, ou plutôt redécouvre, le monde des princesses et fées marraines, que de surprises ! Et puis vient la seconde partie, l’ivresse des providers. Changement de décor et d’époque. J’ai été bien moins séduite. L’action ne semble plus la même, j’étais relativement perdue au début. En fait, il ne faut pas essayer de faire un lien direct avec la partie précédente pour mieux apprécier. Mais au final, cette seconde partie est une belle surprise, une fois que vous êtes dedans et que le vocabulaire ésotérique ne vous effraie plus.

Au niveau des personnages. Je n’ai rien à dire. On a le droit à un panel d’anti-héros impressionnant. Ils ont tous leurs travers, leurs problèmes, leurs étrangetés. Aucun d’entre eux n’a le droit à la perfection pure. De toute façon, je le répète, il ne faut pas s’attendre à se retrouver plonger en pleine bataille héroïque de prince sauvant sa dulcinée. Je ne suis pas même sûre, que le prince porte un quelconque intérêt à la princesse. Et c’est cet esprit décalé qui est absolument fabuleux je trouve. Rien n’est comme on veut bien s’y attendre. C’est là que j’en arrive à l’écriture, le mode d’écriture. Là encore, il est surprenant de voir comme les vocabulaires soutenu et vulgaire peuvent coexister. Au début, c’est peut-être gênant, mais c’est juste que nous ne sommes pas habitués. Ce ne sont pas tous les auteurs qui se permettent une telle liberté dans leur écriture. Alors autant vous familiariser de suite avec les « connards », « salope », « merde », « cul » et autres vulgarités bien tournées. En temps normal, je trouve que cela gâche l’écrit, mais cela s’inscrit tellement dans le récit, le style de l’aventure et des personnages, que le charme n’en ai pas altéré pour autant.

En somme, c’est une bien belle découverte, malgré cette petite note sombre au niveau de la seconde partie. J’ai tout de même adoré l’univers, le premier en l’occurrence, et cette manière de revisiter les contes, ou plutôt d’en inventer une suite pour le moins inattendue et loufoque. Je lirais donc la suite de cette saga, et avec enthousiasme.

 

entre les pages.
« Les Uckler formaient un peuple industrieux, gai et généreux.
En général.
Ils se levaient tôt d’un air content, sifflaient en travaillant et avaient toujours un morceau de pain à donner à plus pauvre qu’eux (le quignon rassis de la veille, bien sûr, car « généreux n’est pas le neveu », comme le disait souvent la grosse Couette). Pourvu, cependant, que ce plus pauvre qu’eux soit le beau-fils de la nièce de l’oncle de leur cousin.
Ou le beau-père du neveu de leur tante par alliance.
Car les Uckler avaient un défaut : quand ils voyaient un étranger, un vrai, qui échappait à toute généalogie même de la main gauche, ils le tuaient d’abord.
Ensuite, ils ne se posaient aucune question.
Ce qui leur permettait de préserver cet équilibre psychologique qui leur faisait, au matin, le teint frais et l’air content.
Bref, c’était un foutu ramassis de salauds. »

« C’aurait eu pu être un désastre complet, une perfection dans l’horreur, le plus fantastique génocide de mémoire de sociopathe. Bille aurait eu pu envoyer son ordre à temps.
Disons qu’il le fit. »


Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 23:00
Tout Alice

Lewis Carroll, Anglais.
  1993- 442 pages - Ed. GF-Flamarion.

Catégorie - Jeunesse, conte.

Synopsis.
Ce volume contient:
LES AVENTURES D'ALICE SOUS TERRE
LES AVENTURES D'ALICE AUX PAYS DES MERVEILLES
DE L'AUTRE COTE DU MIROIR ET CE QU'ALICE Y TROUVA
LA CHASSE AU SNARK
ALICE RACONTEE AUX PETITS ENFANTS
ALICE A LA SCENE
UNE DEVINETTE D'ALICE
LETTRES A ALICE LIDDELL

"La Reine dit: "Qu'on lui tranche la tête!" (La phrase qu'elle prononçait toujours, quand elle était en colère.)
Et c'est pourquoi Alice répondit: "Qui se soucie de votre avis, à vous autres? Vous n'êtes qu'un jeu de cartes!"
Et c'est pourquoi ils se mirent tous très en colère, et prirent leur vol dans les airs, pour retomber tous sur Alice, comme une avalanche.
Et je pense que vous ne devinerez jamais ce qu'il arriva ensuite. Ce qu'il arriva ensuite, ce fut qu'Alice s'éveilla de son étrange songe. Et elle découvrit que les cartes n'étaient que des feuilles tombées de l'arbre, que le vent lui avait plaquées contre le visage. Ne serait-ce pas délicieux que de faire, tout comme Alice, un curieux rêve?"
l'avis.


Alice au pays des merveilles, j’ai toujours entendu parler de cette fille qui se rendait dans son monde étrange et loufoque. D’autant que ayant pris l’habitude d’écrire à certains moments, j’avais déjà fait la comparaison avec les aventures de cette demoiselle, oui mais sans jamais avoir lu le livre. Ce qui en soit m’incommodait fort. Cela dit, très tardivement j’ai vu l’adaptation qu’en avait fait Disney, et je n’avais pas apprécié du tout. Assez frustrant pour le coup, parce que j’en attendais beaucoup de ces aventures. Et puis je suis allée voir la version de Tim Burton (on passera sur l’épisode de Monsieur Deep… Oui, oui j’essuie la bave), et là j’ai finalement décidée de lire l’histoire, parce que cette fois-ci j’avais adoré. Alors finalement j’en pense quoi ?

De manière très globale, je ne vais pas décrire l’ensemble des récits qui se trouvent dans ce livre afin de ne pas en dévoiler trop. Donc, d’un avis global, je dirais que j’ai vraiment aimé la lecture. L’auteur écrit très bien, et pour rester dans le style de l’écriture j’ai pas mal apprécié les précisions entre parenthèses qui prêtent le plus souvent à sourire. Une bonne manière de nous rappeler que nous suivons les aventures d’une petite fille candide et attachante. Alors venons-en aux personnages. Tous ont leur lot de bizarrerie. J’ai aimé (re)découvrir le Chat du Cheshire, le lièvre de Mars, le Chapelier toqué, la Reine et son roi (peut-être un des personnages les plus difficiles à cerner), et puis la Duchesse. Par contre pour ce qui du Lapin Blanc il ne m’a pas trop marqué. Et puis bien sûr, il y a Alice. Qui dans son imperfection et ses enfantillages, est selon moi parfaite en tous points. Ce n’est pas qu’un personnage, il pourrait être une personne, le caractère est ni exagéré ni pas assez mis en avant. Ce qui n’est pas toujours le cas lorsque l’on part dans une aventure fantastique.

J’en viens ensuite à l’univers. Le titre de l’aventure est à propos : merveilleux. Cela dit, soit Monsieur Carroll était réellement dérangé, soit c’était Alice, peut-être un peu des deux qui sait. L’univers est vraiment intéressant, peut-être un peu compliqué à suivre. En effet, pas de fil logique tant dans l’histoire que l’environnement, ce qui est plaisait, puisque de la même manière que la protagoniste, le lecteur se perd lui aussi dans un monde nouveau et pour le moins surprenant. Rien ne répond aux lois normales de la nature je dirais, une fleur pourrait même nous faire la conversation.

Après pour parler du livre en lui-même, je pense que pour l’apprécier dans son ensemble sans s’en lasser il ne faut pas le lire d’un coup. Il faut lire les historiettes entrecoupées de pauses ou pourquoi pas d’un autre roman, sinon il est vrai que les redondances pourraient assez vite agacer le lecteur, surtout si en plus il a du mal à trouver des points de repères. Après il faut également accrocher au style d’écriture, je ne sais pas pourquoi, mais je trouve à la fois à la portée de tous, et pourtant il a ce petit plus qui lui donne tout son charme. J’aime bien la manière dont réfléchit l’auteur lorsqu’il écrit. Ce n’est pas tout le temps un raisonnement purement littéraire, on sent le scientifique. Ce qui est d’autant plus déstabilisant puisque les sciences se veulent exactes.

En bref. J’ai tout simplement aimé l’univers d’Alice. Par contre, j’ai un moins accroché à la Chasse au Snark. Cela dit, moi j’ai peut-être fait l’erreur de tout lire d’un bloc. Il faudrait que je le relise donc pour voir ce que j’en pense. Au final, une belle aventure, des merveilles et beaucoup d’humour.

 

 

entre les pages.
« Elle était donc en train de se demander (dans la mesure du possible, car la chaleur qui régnait ce jour-là lui engourdissait quelque peu l'esprit) si le plaisir de tresser une guirlande de pâquerettes valait la peine de se lever pour aller cueillir les pâquerettes, quand soudain un Lapin Blanc aux yeux roses vint à passer auprès d'elle en courant.
Il n'y avait là rien de particulièrement remarquable; et Alice ne trouva pas non plus très extraordinaire d'entendre le Lapin dire entre ses dents: "Oh, là,là! Oh, là, là Je vais être en retard!" (Lorsqu'elle y repensa par la suite, elle admit qu'elle eût dû s'en étonner, mais sur le moment, cela lui ârut tout naturel); pourtant, quand le Lapin s'avisa de tirer de son gousset une montre, de consulter cette montre, puis de se remettre à courir de plus belle, Alice se dressa d'un bond, car l'idée lui était tout d'un coup venue qu'elle n'avait jamais vu de lapin pourvu de gousset, ou d'une monter à tirer de celui-ci. »

«  LA CHASSE AU SNARK
Délire en huit épisodes ou crises

Si jamais - et pareille occurrence est furieusement possible - si jamais l'on allait accuser l'auteur de ce bref mais instructif poème d'écrire des inepties, cette accusation, j'en suis convaincu, serait fondée sur le vers : "Et puis l'on confondait gouvernail et beaupré." »


Repost 0

La Boîte À Malices

  • : La Boîte à Malices de Fae
  • La Boîte à Malices de Fae
  • : On ne sait pas toujours ce que l'on va trouver dans une boîte à malices. Même moi je ne saurais le dire. Lectures. Écriture. Mes envies. Enjoy.
  • Contact